Budget Région Ile de France 2018 : intervention sur le développement économique

En direct de la région Ile de France  — plénière du conseil régional — à 22h30 — 😉

Il n’est jamais évident de prendre un train en marche et je vous sais gré d’avoir très rapidement et effectivement pris vos fonctions, Mme la Vice-présidente. Sachant cela je voudrais formuler des remarques sur la politique de votre exécutif et de votre majorité quant aux affaires économiques de la région Ile de France.

Notre première remarque est notre difficulté à nous situer dans la démarche générale. Aujourd’hui nous constatons vos efforts d’optimisation budgétaire, mais nous ne voyons pas quel dessin politique elle sert. Quelle est la vision de votre majorité pour le développement économique ? S’agit-il de la Smart région ? si oui, en quoi s’incarne-t-elle ? Ou d’autre chose ? c’est une question essentielle, car nous sommes déjà au tiers de notre mandat et bientôt à la moitié.

Nous affirmons qu’il y a plusieurs priorités à valoriser :

– Miser sur la jeunesse, en particulier celle issue des territoires en difficulté

– Miser sur l’innovation industrielle écologique et sociale en récompensant les

projets structurants, positionnant l’Ile de France sur les projets de demain.

 

Face à cela, nous ne voyons ni grand projet d’investissement ni programme structurant sur le plan économique en Ile de France. Il nous paraît essentiel de positionner la région là-dessus, car n’oublions pas que dans notre rôle de soutien au développement économique nous avons pour vocation de structurer les filières et d’avoir une démarche résolument anticipatrice. Au contraire, on a plutôt le sentiment d’une attrition de l’engagement régional, certes marqué par le retrait de l’Etat, mais qui ne devrait pas nous empêcher d’agir : -30% en Investissement, – 19% en fonctionnement.

 

Au plan qualitatif, pour compléter mon propos : nous sommes en reste dans de nombreux secteurs et ne voyons pas de réelle rupture avec le passé. Le risque existe de chercher simplement à mieux gérer les affaires régionales – avec un succès qu’il faudra démontrer — sans y apporter de renouveau. Or nous avons constaté, sur le tourisme, sur la formation professionnelle, et sur les aides aux entreprises, par exemple, que nous devions chercher à améliorer le contenu des politiques et leur effet sur le terrain.

 

A ce sujet : Madame la Présidente et le Monsieur le Vice-président Chartier avaient, en début de mandat, annoncé en grande pompe que vous refondiez les dispositifs d’aides aux entreprises que nous avons coutume de résumer peu joliment sous le suffixe « Up ». On ne remarque pas de dynamique particulière à ses dispositifs dont les crédits diminuent et dont les crédits votés peinent à être tout à fait distribués d’année en année. Surtout, nous pensons que le rôle structurant de telles aides doit être renforcé. Vous avez supprimé la critérisation qui existait auparavant. Nous en prenons acte ; et c’est pour faire différemment que notre groupe a proposé dans nos amendements un nouvelle rénovation des aides aux entreprises en y incluant l’innovation écologique et l’innovation sociale. Nous proposons en effet de créer un volet GREENUP et SOCIAL’UP, pour rester dans les néologismes régionaux, visant à récompenser des procédés innovants de fabrication, production et de services inscrits dans l’économie verte, l’économie des ressources et la transition énergétique. D’ailleurs notre collègue Madame Lime-Biffe a porté ici même une démarche d’évaluation des dispositifs d’aides UP.

 

C’est une démarche de stimulation délibérée que nous souhaitons appuyer et je suis sûr que votre majorité saura attraper la balle au bond.

Publicités