Berlin

2014-06-05 18.29.29

Berlin Mitte.

 

Quelques jours à Berlin ; je blogue peu sur mon blog personnel, mais lorsque l’expérience vaut la peine d’être racontée… 🙂

Je passe quelques jours à Berlin pour une série de raisons professionnelles et cela constitue une raison valable de voir des amis de longue date, de découvrir cette ville exceptionnelle et de rencontrer des gens exceptionnels.

1. Au Parlement

La visite a commencé avec une rencontre avec Franziska Brantner au Bundestag, députée verte au Bundestag, qui réalise un travail remarquable à la Commission des affaires étrangères. Les Verts allemands sont dans l’opposition à la grande coalition CDU-SPD (droite-socialistes) et s’y battent beaucoup, d’après leur propre expression ! J’ai aussi eu la chance de rencontrer Annalena Baerbock, porte-parole du groupe écologiste pour les questions climatiques. Nous avons parlé de la conférence climat de 2015 qui aura lieu à Paris. Et bien sûr, de la montée de l’extrême droite en France, la première question que tout le monde me pose ici avec une certaine inquiétude…

Stupeur, dans les couloirs du Reichstag (on appelle ainsi le bâtiment, par référence au passé impérial lorsqu’il fut construit) de découvrir les grafitis des soldats soviétiques datant de 1945…

2014-06-05 14.59.04

Couloirs du Bundestag.

 

2. Le Berlin des entrepreneurs

Berlin grouille de start-up et de projets innovants et conserve une certaine radicalité. La population a été très choquée d’apprendre qu’elle était surveillée par les services américains notamment, et on voit partout des autocollants réclamant l’asile pour E.Snowden. Il faut dire que pour les Berlinois, et toute différente qu’elle soit, la surveillance d’Etat de l’époque de l’Allemagne de l’Est remonte à vingt-cinq ans seulement… Ceci conduit à une très grande sensibilité !

Quelques exemples.

Mon ami Helge Rausch oeuvre sur un projet, Open SNP,  permettant d’ouvrir l’analyse du génome humain à tous via le téléchargement dans le domaine public de vos données d’ADN. L’intérêt est de permettre le partage des bénéfices de la recherche (open science).

 

J’ai également rencontré deux éco-entrepreneurs, Manuela Rehn et Jörg Reuter, qui outre leur cabinet de conseil en développement durable GrünKopf, ont ouvert la boutique excellemment appelée Vom Einfachen das Gute / De la simplicité vient le bon. Le titre est un programme qui me convient déjà… Le magasin est achalandé de produits dont l’origine et la qualité sont connues, avec des tables en bois typiques des biergarten pour boire ensemble vins et produits du terroir, dehors ou dedans… Le magasin a remporté un immédiat succès médiatique ; les consommateurs sont demandeurs d’authenthicité, de simplicité et de traçabilité.

2014-06-06 13.37.48

Manuela et Jörg devant leur boutique.

3. L’écologie locale à Berlin

J’ai rencontré Daniel Wesener, cosecrétaire des Verts du Land de Berlin. Daniel m’a chaleureusement reçu au siège berlinois. Discussion très intéressante sur l’actualité politique, le militantisme vert, les écologismes comparés (France-Allemagne), l’implication dans la vie politique… Et bien sûr, nous avons encore parlé de la montée du Front national en France et d’un nouveau parti anti-européen qui bouscule le paysage politique et la droite parlementaire, l’AFD (Alternative für Deutschland).

 

2014-06-07 16.53.03

Egalement visité les jardins urbains de Princessinngarten, à Moritzplatz. Un formidable jardin urbain avec un espace de restauration et détente sous les arbres, du jamais vu à Paris…

4. L’avenir de la ville en débat…

Le poids de l’histoire est omniprésent. Qu’il s’agisse du cauchemar du nazisme, des destructions de la deuxième guerre mondiale, de la guerre froide et de la division Est-Ouest (le mur est rappelé par un tracé au sol, des monuments, des panneaux d’information ou des pans qu’on a délibérément laissé…) pas un endroit qui ne soit marqué d’une manière ou d’une autre ; l’histoire se rappelle sans cesse à nous. A titre d’exemple, un événement important a eu à quelques mètres de l’endroit où je séjourne… en voici la vidéo.

 

 

J’ai eu aussi la chance de discuter avec des personnes âgées qui m’ont raconté les années passées à quelques mètres du mur. Leurs enfants ignoraient qu’il y avait un canal derrière le mur, au bout de la rue, là où aujourd’hui les gens flânent en pédalo…

Aujourd’hui,  après plus de vingt ans de reconstruction pour la nouvelle capitale, toujours au centre des regards, toujours dynamique et créative, on doute. On parle de gentryfication de tous les côtés. Les prix de l’immobilier montent, atténuant la réputation de Berlin de ville bon marché (même si en comparaison à Paris, ça reste vrai !) ; les jeunes, le monde des affaires et les créateurs affluent vers Berlin. Ce n’est pas pour autant qu’on cède à la tentation de tout construire ; ainsi les habitants ont décidé, il y a quinze jours, et par référendum de laisser l’aéroport désaffecté de Tempelhof tel quel, plutôt que de le retransformer en nouvel espace constructible. Ce sera un grand parc au profit des habitants. Cela devrait nous inspirer pour l’avenir de la Petite ceinture parisienne tant dans la méthode que dans la décision finale !

 

 

Publicités